Trois Congolais incarcérés dans un centre de détention au Soudan du Sud – Actu7.cd

 

Après la scène Junior Masudi Wasso dont l’incarcération de manière arbitraire au centre Caricole à Zaventem en Belgique a marqué les esprits de plusieurs Congolais, trois autres sujets Congolais sont placés dans un centre de détention au Soudan du Sud.

Les raisons de leur incarcération ne sont jusque-là pas encore révélées du public. Du côté congolais, le gouvernement veut en savoir plus. C’est dans ce cadre que le vice ministre des Affaires Étrangères, Samy Adubango Awotho a échangé jeudi 07 octobre dans son cabinet de travail avec l’ambassadeur du Soudan du Sud avec qui, il a pris soin de trouver une issue favorable au sujet de l’arrestation de trois congolais sur le sol soudanais.

À la presse, rien n’a été révélé sur les résolutions prises, à l’issue de l’audience entre le numéro 2 de la diplomatie congolaise et l’Ambassadeur sud Soudanais en poste en République Démocratique du Congo.

Toutefois, le gouvernement congolais s’emploie pour obtenir la relaxation de ses compatriotes en état d’arrestation dans un pays étranger. C’est de cette manière même que le Chef de l’État Félix Tshisekedi s’est impliqué personnellement pour voir l’étudiant Congolais Junior Masudi Wasso libre de tout mouvement.

Pourtant en règle avec ses documents de voyage et une partie de ses frais académiques, Junior Masudi Wasso s’était vu refuser tout accès en Belgique afin de poursuivre ses études en sciences économiques à l’Université Catholique de Louvain.

Tout ce que veut la République Démocratique du Congo, c’est de voir les nations qui accueillent ses compatriotes, assurer par devoir de réciprocité, un meilleur traitement aux congolais qui arrivent sur leur sol.

Félix Tshisekedi l’a dit au cours de la précédente réunion du conseil des ministres, directement à la Belgique pour le cas de Junior Masudi Wasso et indirectement, à d’autres États qui malmènent les Congolais.

Par ailleurs, le pays de Félix Tshisekedi a déjà payé le lourd tribut dû à l’incivisme des nations qui accueillent ses compatriotes. L’étudiant Congolais Joël Malu Shindani est décedé dans un poste de la Police en Inde dans des circonstances très floues.

C’est aussi le cas avec le « meurtre » d’une jeune Congolaise de 27 ans en visite familiale en Zambie. Martine Mbwaya Misakabu a été battue jusqu’à mort avant d’être jetée dans le Fleuve Kafue et les circonstances de sa mort n’ont jamais été élucidées.

Josué Mfutila

Source de l’article