Sud-Kivu : 30 cas de meurtre par justice populaire enregistrés au mois de septembre 2021 (bulletin SAJESEK) – Actu7.cd

 

Trente (30) personnes ont été tuées par justice populaire dans la province du Sud-Kivu au cours du mois de septembre 2021.

Ceci ressort du bulletin surprise et mensuel de l’organisation Synergie des Associations des Jeunes pour l’Éducation Civique, Électorale et la Promotion des Droits de l’Homme au Sud-Kivu (SAJECEK-Forces vives), rendu public à Bukavu ce mercredi 06 octobre 2021.

À en croire ce bulletin, ces victimes la justice populaire l’ont été après être accusées soit de viol, vol, sorcellerie… Elles ont été lychées puis brulées vives.

Le territoire d’Uvira a enregistré le plus grand nombre de cas du genre avec dix (10) victimes, suivi de celui de Walungu, six (6), Kabare six (5), les territoires de Fizi et Idjwi ont enregistrés chacun quatre (4) cas de justice populaire alors que la ville de Bukavu n’a enregistré qu’un seul cas, selon cette organisation.

Outre ces personnes tuées dans les cas de justice populaire, le mouvement SAJESEK rapporte la tuerie de trente-deux (32) personnes à côté de trente-trois (33) maisons attaquées, trente-et-un véhucule braqués et vingt-sept (27) cas d’enlèvements répertoriés.

Cette organisation dit constaté que les paisibles citoyens sont assassinés quotidiennement par des bandits armés « sans que les autorités n’en fassent une préoccupation majeure et prioritaire ».

« Qu’attend le Gouvernement provincial pour se pencher sur cette question d’insécurité qui est devenue endémique ?», s’interroge cette structure.

La situation sécuritaire reste précaire dans plusieurs coins de la province du Sud-Kivu où des groupes rebelles continuent à multiplier des attaques contre les populations civiles en dépit des contre-attaques des forces loyalistes. Pendant ce temps, c’est la justice populaire qui a pris de l’ampleur en province, la population préfère se rendre justice suite au manque de confiance entre elle et la justice, selon la nouvelle dynamique de la société civile.

Ngaboyeka Pascal, à Bukavu

Source de l’article