RDC : Depuis l’instauration de l’état de siège, 7 civils meurent par jour et les rebelles ont progressé de 75 km jusqu’à la rivière Ituri (LAMUKA)

Le bilan de l’état de siège décrété depuis mai dernier par le président de la République démocratique du Congo Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo au Nord-Kivu et en Ituri, est négatif.

C’est ce qu’a affirmé la coalition LAMUKA dirigée par Martin Fayulu et Adolphe Muzito lors du meeting populaire tenu le 9 octobre 2021 au Terrain Sainte Thérèse dans la commune de N’djili à Kinshasa. 

Le député national Jean-Baptiste Kasekwa, à qui Martin Fayulu a confié la tâche de faire le bilan de l’état de siège, a affirmé que plus de 900 civils ont déjà été tués par des rebelles depuis l’instauration de cette « mesure exceptionnelle ».

« Depuis le 6 mai jusqu’à aujourd’hui le 9 octobre, l’état de piège (siège ndlr) a fait 156 jours. Dans ces 156 jours, nos papas, nos mamans, nos frères et sœurs qui ont été tués sont au nombre de 917. Durant le premier mois de l’état de siège, le mois de mai, ceux qui ont été tués sont 210 civils. Ça veut dire que 7 personnes meurent par jour en Ituri et au Nord-Kivu« , a dit cet élu du peuple.

Outre les 917 civils tués, Jean-Baptiste Kasekwa a fait savoir que 463 personnes sont portées disparues et 142 villages ont été abandonnés par les populations civiles.

« Avant l’état de siège, les rebelles étaient seulement à la frontière de l’Ouganda à Kainama. Mais depuis que Tshilombo [Félix Tshisekedi ndlr] a instauré l’état de siège, les ennemis ont progressé jusqu’à la rivière Ituri. Ils ont progressé de plus de 75 kilomètres à vol d’oiseau. Dans ce bilan, il faut ajouter 42 véhicules incendiés à Erengeti et à Komanda. Ça veut dire que l’état de siège est un mensonge, c’est une distraction« , a renchéri l’élu de Goma de Goma au Nord-Kivu. 

À en croire Jean-Baptiste Kasekwa, en 3 ans de gestion du pays par Félix Tshisekedi, 3.929 civils ont été tués par les groupes armés. Pour LAMUKA, le président Tshisekedi a menti à l’assemblée générale de l’ONU en affirmant que le bilan de l’état de siège est positif. 

Pour rappel, le chef de l’État a instauré l’état de siège dans les deux provinces précitées pour mettre fin à l’activisme des groupes armés dans cette partie du territoire national. À ce jour, cet état de siège a déjà été prolongé à 9 reprises par le Parlement.

Jephté Kitsita

Source de l’article