Kestia Olangi : 250 sacs de farine de manioc « Tulime Pamoja » sur les 1.000 disponibles en prévente à 50.000 FC le sac – Actu7.cd

 

Deux-cents cinquante sacs de farine de manioc de marque « Tulime Pamoja » puisés sur les 1.000 sacs disponibles sont en prévente a Kinshasa. Ces produits fabriqués localement à Songololo, dans la province du Kongo Central et dans le Haut Katanga, sont en prévente à Kinshasa depuis le mardi 5 octobre. Tulime Pamoja qui veut dire « cultivons ensemble » est un projet initié depuis mars 2020 par Katsia Olangi dans le cadre d’entrepreneuriat féminin.

Cette farine de manioc « made in RDC », produite par les femmes maraîchères est vendue à 50.000 FC le sac. D’après Ketsia Olangi, présidente de la Fondation Nehema et initiatrice de ce projet agro-industriel, « l’objectif est de promouvoir la femme congolaise à travers l’agriculture en vue de mettre fin au problème lié à la dépendance alimentaire ». Elle vise également à limiter l’exode rural dans le pays.

« Lors de notre dernière rencontre, la troisième édition de l’entreprenariat féminin à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, nous nous sommes dits que nous devons nous mettre ensemble pour créer une société agro-alimentaire. Nous sommes fatigués d’importer. Notre pays a la capacité de produire et nous avons des terres arables. C’est aussi un moyen pour nous de réduire le chômage », explique Ketsia Olangi à ACTU7.CD.

La Fondation Nehema ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après le lot de 1.000 sacs de farine de manioc, la production continue, fait savoir Ketsia Olangi. « Nous continuons l’évacuation pour acheminer à Kinshasa. Nous allons d’abord piloter deux provinces. Il s’agit du Haut-Katanga et le Kongo Central pour ces deux premières années », explique-t-elle.

Sous l’initiative de la Fondation Nehema, ces femmes maraîchères vont bientôt lancer sur le marché d’autres produits locaux. Il s’agit notamment de pondu surgelé prêt à cuire. « Notre projet à long terme est de transformer beaucoup de cultures comme la tomate, le soya, l’huile de tournesol. Ensuite aller dans d’autres provinces pour bien organiser les choses », confie Ketsia Olangi au média en ligne non aligné.

Rachidi Mabandu

Source de l’article