Coopération : Kinshasa et Kampala planifient la 3ème patrouille régionale conjointe sur le lac Édouard

Une rencontre virtuelle a réuni, le vendredi 8 octobre dernier, la République démocratique du Congo et l’Ouganda au sujet d’une 3ème patrouille régionale conjointe pouvant aboutir à la libération totale de tous les pêcheurs congolais détenus dans des prisons ougandaises. Par la même occasion, les 2 pays se sont accordés de se retrouver à partir du mois d’octobre jusqu’à mi-novembre prochain.

Le commandant 33ème groupement naval de la RDC, l’amiral Ngoy Eugide John, a indiqué les zones de patrouille à couvrir ainsi que les stratégies à mettre en place pour l’efficacité de l’opération alors que la partie ougandaise s’est chargée de la cartographie.

L’officier congolais a alors reconnu la franche collaboration qui a existé entre les 2 forces navales durant les 2 précédentes patrouilles. Il souhaite voir les pêcheurs encore détenus par l’Ouganda être remis à la justice congolaise.

« Notre souhait, c’est de continuer avec cette volonté pour libérer les 103 pêcheurs qui sont restés aux arrêts en Ouganda. Cette dernière libération fera que les 2 populations qui vivent autour de cette frontière vivent en harmonie et nous allons renforcer notre relation diplomatique », a-t-il dit pendant la rencontre.

Comme par le passé, les opérations seront facilitées par le projet LEAF 2 (Lakes Edward and Albert fichies).

C’est le lundi 9 août dernier que la RDC et l’Ouganda ont tenu une réunion de démarrage de la deuxième phase des patrouilles conjointes sur le lac Édouard. Les représentants de 2 États ont tablé sur la planification du calendrier avec des décisions spécifiques pour guider les équipes de patrouille qui seront engagées sur le terrain.

La RDC et l’Ouganda ont unanimement décidé de réduire les atrocités qui visent leurs pêcheurs respectifs sur le lac Édouard.

En ce jour-là, les 2 pays ont libéré des pêcheurs de part et d’autre et ont promis de maintenir leur mécanisme de collaboration transfrontalière à travers la mise en application de l’accord bilatéral sur la pêche.

Pour rappel, ces dernières années, les pêcheurs congolais sont restés victimes de récurrentes arrestations par la force marine ougandaise. Accusés de violer les limites liquides entre les 2 pays, ils ont été conduits manu militari en Ouganda et leurs outils de pêche confisqués.

Isaac Kisatiro, à Butembo

Source de l’article