Blocage présidence CENI :  » Jamais les églises refuseront le dialogue en cas de nécessité » (Donatien Nshole) – Actu7.cd

 » La solution que nous avons proposé ici n’a rien à faire avec le dialogue, mais plutôt que de porter sur ce qui nous divise, construire sur ce qui nous unis, au milieu des confessions religieuses. Et pour aller au dialogue, jamais les églises refuseront en cas de nécessité », c’est en ces termes que le secrétaire général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), l’abbé Donatien Nshole s’est exprimé au cours d’une conférence de presse qu’il a conjointement animée avec le secrétaire général de l’Église du Christ au Congo, Éric Senga, ce jeudi 7 octobre 2021 au centre interdiocésain à Kinshasa.

 » Nous voulons qu’ils sachent que nous sommes dans une voix qui risque de salir les gens. Ceux-là même savent qu’ils sont venus plusieurs fois quelque part pour solliciter de solution. Ce qui nous énerve dans tout ça est quand on fait croire que les deux personnes sérieuses comme le Mgr Utembi Tapa et le Révèrent Dr André Bokundoa sont réunis pour mentir », a-t-il renchérit.

Abbé Donatien Nshole a, par ailleurs, insisté qu’ils détiennent des audios comme preuves de tentative de corruption qui a compromis la mission confiée aux chefs religieux.

« On a voulu rencontrer le Chef de l’État Félix Tshisekedi pour lui donner la primeur de ses preuves délicates qui sont très sensibles en politique. Comme le Chef de l’État a dit qu’il n’est pas disposé à nous recevoir pour les raisons qu’il a évoquées, on s’attend à ce que lorsqu’on sera reçu par le bureau de l’Assemblée nationale, on va donner ses preuves. Nous avons pris soin d’enregistrer parce que nous avons été victime des personnes, notamment sur l’histoire de tribalisme. Et comme nous avons affaire avec les mêmes personnes, nous avons été très prudents. C’est le seul mobile qui nous a poussé à prendre ses dispositions », a-t-il conclu.

La dernière rencontre entre les confessions religieuses du samedi 2 octobre dernier a accouché d’une souris.

José Muyaya

Source de l’article